Sélectionner une page

Votre enfant ne respecte pas les règles de la famille ? Cette situation est très souvent partagée par les parents que j’accompagne en coaching parental. Et d’ailleurs, si vous souhaitez échanger avec moi sur cette question ou d’autres problématiques parentales, prenez RDV pour une séance de découverte en coaching parental. D’une durée de 30 min en visio, elle est offerte et sans engagement :


Dans cet article, je vous propose un outil puissant pour l’encourager à davantage coopérer. Cette vidéo conclut la série des 4 vidéos sur l’obéissance : nous avons tout d’abord revu la notion même d’obéissance, défini une manière constructive et efficace pour formuler une consigne et parcouru 6 stratégies parentales pour gérer l’opposition.

Pourquoi mon enfant ne respecte pas les règles de la famille ?

Un enfant a besoin d’un cadre solide pour se rassurer et tester les limites (afin de savoir où elles se trouvent), faire des expériences répétées pour confirmer et ancrer chaque nouvel apprentissage. C’est pour cela qu’il vous « teste », qu’il insiste, que l’éducation nécessite une forme de répétition et beaucoup de cohérence. Pour répondre à son besoin d’individualité, de reconnaissance de son soi unique, il va parlementer, dire non, s’opposer, aux consignes que vous lui donnez, qui l’impactent.

Il a également besoin d’exercer un certain pouvoir d’influence sur l’adulte. Ce besoin est lié à la construction de son identité, avec ses propres pensées et ses propres agissements.

Co-créer une « charte familiale »

La charte familiale est un outil de coopération et de collaboration tout simple ! D’ailleurs, je vous propose de télécharger gratuitement l’outil en version pdf qui pourra vous servir de modèle pour définir les règles de la famille, en cliquant ci-dessous :

Les bénéfices-clés d’une démarche de co-création

Réaliser une charte des règles de la famille, dans une démarche de co-création, vous permet de :

  • Donner à votre enfant le pouvoir d’être entendu, soutenu, et d’avoir une part de voix dans les décisions qui impactent la famille. Cet outil va renforcer son autonomie et sa confiance en lui.
  • Le stimuler à réfléchir, à ses propres besoins, et à les exprimer respectueusement.
  • Lui apprendre la responsabilité et l’engagement. Lorsqu’une consigne ne lui est pas « imposée », et qu’il a contribué à la créer, un enfant coopère davantage ! Et puis s’il oublie une tâche, un simple rappel de leur engagement va le stimuler à se mettre en marche, plutôt que de s’opposer et revendiquer tous les soirs sur le même sujet.
  • Lui enseigner la notion de travail d’équipe, de partage et d’équilibre.
  • Et enfin contribuer à développer son empathie. Car il va, avec cet exercice, davantage se rendre compte de ce que les autres membres de la famille font aussi et quels sont leurs besoins.

6 étapes pour co-créer votre charte et définir les règles de la famille

1. Définir l’objectif et le cadre du conseil de famille

conseil de famille

Tout d’abord, il vous faut organiser un conseil de famille (pas la peine d’envoyer une convocation formelle, hein !). Il suffit de se réunir en famille autour d’une table en vous assurant de l’attention de chacun, avec un peu de temps devant vous.

Puis, en tant que parents, vous définissez l’objectif de ce conseil de famille et vous posez le cadre de la discussion. Par exemple « Nous allons discuter du ménage dans la maison afin de vivre dans un environnement sain et confortable. Notre maison doit être bien propre et bien rangée au minimum une fois par semaine. Nous sommes 4 membres dans cette famille, et chacun peut contribuer à cet objectif. »

Astuce 1 : Réfléchissez à un objectif précis

Ne vous éparpillez pas à vouloir faire des règles pour tout avec un conseil de famille. Restez sur un thème : par exemple : « le ménage, l’utilisation des écrans, le travail scolaire, etc ». Une étape à la fois.

Astuce 2 : Ne soyez pas trop ambitieux

Gardez un objectif réaliste, et motivant. Si vous demandez à votre famille que votre maison soit nickel 24h/24, je vous le dis tout de suite, ça risque de ne pas marcher.

2. Ouvrir la session de brainstorming avec un tour de parole :

La deuxième étape, c’est le tour de parole. Chacun son tour, en commençant par les parents, qui vont donner l’exemple, on exprime nos observations, nos besoins, nos ressentis. Autant que possible, utilisez des formulations avec « je » pour s’exprimer et non le « tu ». Car le « tu » entraine souvent des reproches et critiques ne vont pas ouvrir le dialogue. Par exemple : « Nous avons parfois de la visite le WE, moi j’aimerai bien que la maison soit propre le samedi midi, afin de recevoir nos amis en toute sérénité ». Puis une autre personne pourrait dire « Moi, j’ai besoin de me reposer le vendredi soir en rentrant de l’école ou du travail, après une semaine fatigante ». Ou encore « Moi je n’ai pas envie de passer la serpillère, je déteste ça ».

Astuce : Répartissez le temps de parole

Pour le respect du temps de parole, si besoin, aidez-vous d’un bâton de parole : par exemple la salière devant vous ! Et la consigne c’est que seule la personne qui tient la salière peut parler et reçoit l’attention du reste de la famille. Et bien sûr, la salière tourne afin que tout le monde puisse s’exprimer.

3. Définir les règles de famille ensemble

Une fois que chacun a exprimé ses besoins, ses contraintes, on brainstorm ensemble, et on fait une liste de tout ce qui doit être fait pour atteindre cet objectif. En précisant, la fréquence de la tâche.  Par exemple : « Dans la chambre de Léo, ramasser tous les vêtements et les jouets au sol, mettre les vêtements sales dans la panière, plier les vêtements propres et les mettre sur la chaise, ranger les jouets dans leurs caisses, et ce au moins 1 fois par semaine ».

Puis, confrontez les besoins exprimés de chacun afin de définir, dans une démarche de consensus, les règles de la famille. Il s’agit ici de s’écouter et de trouver des compromis qui conviennent à tous pour formuler la liste finale des règles.

Conseil 1 : Restez ouvert aux propositions initiales de vos enfants

Ils ont souvent de bonnes idées ! Et, plus vous serez engagés à les entendre (et surtout à les écouter), plus ils seront coopératifs pour respecter les règles.

Conseil 2 : Soyez précis dans la liste des règles que vous définissez

Si vous écrivez « Ranger les chambres », en fonction de leurs âges, cette tâche pourrait leur paraître floue…

Conseil 3 : Évitez les listes à rallonge de 25 règles

Car ça démotivera tout le monde ! Si la liste est trop grande, définissez ensemble les 10 règles prioritaires, et mettez les autres de côté temporairement. Vous pourrez y revenir plus tard, lors d’un autre conseil de famille, une fois que la première liste est bien en place dans la routine familiale.

4. Répartir les tâches liées aux règles de famille

Une fois cette liste de règles faite, on demande des volontaires pour s’attribuer les tâches et s’engager à les réaliser. Encore une fois, vous pouvez, en tant que parent, commencer par donner l’exemple en vous attribuant une tâche. Puis passez à la suivante et dire « Qui veut faire ça ? »

Une fois le tableau rempli, on regarde l’équilibre des tâches, et on s’interroge ensemble s’il y a un déséquilibre à ajuster et si les tâches sont adaptées aux capacités de chacun (et à l’âge des enfants). Si besoin, on réajuste ensemble.

Conseil 1 : Restez dans un état d’esprit de co-construction

Il est possible que vous entriez en « négociation » avec vos enfants. Et que ça vous déstabilise. Mais n’oubliez pas que ce conseil de famille est une superbe opportunité pour aider vos enfants à développer leur argumentation, leur capacité à trouver des compromis, faire un travail en équipe, faire preuve d’empathie. Et ce, tout en respectant les besoins de l’autre.

Conseil 2 : Laissez à vos enfants la possibilité de faire preuve de spontanéité

Vous serez surpris par leur capacité à être volontaire. Notamment car ils peuvent « choisir » les tâches qui leur plaisent le plus, ou quand on parle de ménage les tâches qui leur déplaisent le moins 🙂 .

5. S’engager aux règles de la famille

Une fois la liste faite, et les volontaires définis, c’est le moment de formaliser l’engagement de tous, sur un document, que j’ai appelé la « charte de la famille ». Vous pouvez créer un petit rituel d’engagement. Par exemple : je lève la main droite et je dis : « moi Anne-Sophie, je m’engage à respecter cette charte de la famille Gobereau ». Mais surtout, tous les membres de la famille doivent la signer ! Et puis, affichez-la quelque part dans la maison pour que tout le monde y ait accès. Dans les toilettes par exemple, vous êtes sûrs que toute la famille la verra plusieurs fois par jour 🙂 .

6. Réévaluer la charte familiale

Lors d’un nouveau conseil de famille, reprenez la charte et discutez de ce qui fonctionne, ce qui ne marche pas. Et faites évoluer la charte au fur et à mesure.

J’espère que cet outil vous permettra d’encourager davantage de coopération de la part de vos enfants, pour une vie de famille plus sereine. Pour vous aider, n’hésitez pas de télécharger l’outil mis gratuitement à votre disposition :

Avez-vous déjà organisé des conseils de famille avec vos enfants ? Quels ont été les conclusions ? N’hésitez pas à partager votre expérience en commentaire !



Pour aller plus loin

coaching parental visio

Vous vous sentez démuni(e) face aux défis et challenges de la parentalité (éducation, communication, gestion des émotions, résolution des conflits, épuisement parental) ? Si oui, n’hésitez pas à prendre un RDV avec moi. Le premier rendez-vous de coaching parental est une séance de découverte gratuite (30 min) et sans engagement !

Coach parentale certifiée, formée en psychologie positive et en épuisement parental, j’accompagne les parents speed & imparfaits à se reconnecter à leur(s) enfant(s) et retrouver le bonheur d’être parent 🙂. Pour en savoir plus sur mon parcours, cliquez ici.

Votre 1ère séance de coaching parental OFFERTE

X