Sélectionner une page

Avez-vous déjà entendu le terme « décharge émotionnelle » ? Peut-être que non, mais je suis certaine que vous en avez déjà été témoin… Par exemple, lorsqu’un enfant vit une émotion forte, qui explose, de manière incontrôlable. Et sans que vous l’ayez vu arrivé ! Certains l’appelle « crise » mais je préfère le terme plus constructif de « décharge émotionnelle », puisqu’il s’agit, dans les, faits d’un débordement d’émotions que le jeune enfant n’arrive pas à comprendre et à réguler. Et qui peut même parfois lui faire peur, honte ou le culpabiliser.

Les décharges émotionnelles explosives sont un motif très fréquent pour des séances en coaching parental. Si vous souhaitez discuter de cette question avec moi et échanger sur vos problématiques parentales, prenez RDV pour une séance de découverte en coaching parental. D’une durée de 30 min en visio, elle est offerte et sans engagement :


Dans cet article, je voulais partager mes 5 grands principes pour accompagner un enfant à reconnaître les différentes émotions (primaires et secondaires), afin d’apprendre à les réguler. Et d’ailleurs, lisez bien cet article jusqu’à la fin car je vous offre une fiche conseils, qui met en lumière ces 5 principes et un petit cadeau de plus ! Ce petit cadeau, c’est une sélection de jeux ludiques pour s’amuser en famille sur le thème des émotions.


Qu’est-ce que c’est, une émotion ?

Tout d’abord, définissons ce qu’est l’émotion : c’est une réaction globale, intense et brève du corps, face à un déclencheur extérieur à nous-même (dans notre environnement). L’émotion peut générer une sensation pénible ou agréable, et surtout elle prépare notre corps à l’action. Et d’ailleurs, la racine étymologique du mot « émotion » il y a « MOVERE », du verbe latin « mettre en mouvement ». Chacune des différentes émotions a une utilité spécifique pour protéger ou préserver notre santé mentale ou physique par l’action.

Les 6 différentes émotions primaires

Paul Ekman, qui est professeur de psychologie à l’université de Californie, a étudié de nombreuses années les émotions et leurs expressions faciales. Dans les années 70, il a défini et validé six émotions primaires : la joie, la tristesse, la peur, la colère, la surprise et le dégoût. On les dit « primaires » car elles sont universelles. En effet, leurs expressions faciales sont les mêmes pour tous (qu’importe l’âge, le sexe ou la culture).

Les émotions secondaires

À l’inverse, les émotions secondaires sont bien plus complexes et plus difficiles à identifier, car elles sont liées à nos interactions sociales. Elles sont donc dépendantes de notre âge (par exemple, un enfant ne commence à reconnaître certaines émotions secondaires qu’à partir de 3 ans), de nos valeurs, de notre environnement social, et de nos échanges avec les autres. On discerne un grand nombre d’émotions secondaires, telles que : la culpabilité, l’embarras, le mépris, la fierté, l’amusement, l’admiration, ou encore la honte.


Pourquoi choisir d’accompagner son enfant à identifier les différentes émotions ?

mere empathique

Les émotions jouent un rôle crucial dans l’acquisition et la maîtrise de compétences aussi bien sociales, que cognitives et académiques. Éduquer un enfant sur les émotions, lui apprendre à les identifier, puis à les réguler, lui donne un véritable atout pour la vie. Il est donc tout à fait recommandé de démarrer cet apprentissage dès le plus jeune âge.

Le processus de régulation des émotions est un apprentissage de longue durée, qui se déroule en parallèle de la maturation progressive du cerveau de l’enfant. L’accompagnement bienveillant des adultes contribuent à faire progresser l’enfant, et lui permet un développement optimal de son cerveau. Et la première étape pour réguler son émotion, c’est de la reconnaître !


Comment aider son enfant à reconnaître les différentes émotions ?

Je partage avec vous mes 5 grands principes pour apprendre à votre enfant à reconnaitre et réguler ses émotions :

1. Mettre en lumière le lien corps/cœur/tête 

les differentes emotions

C’est essentiel pour associer, mais aussi dissocier les ressentis émotionnels, les sensations corporelles et les pensées. Entrainez votre enfant à prendre le temps de ressentir, dans son corps, l’émotion qu’il vit. Plus il pourra reconnaître les sensations corporelles qui accompagnent son émotion, mieux il sera apte à l’identifier. L’identification de l’émotion permet ensuite de mettre en place des outils afin de la réguler. Et puis, apprendre à votre enfant à distinguer ce qu’il ressent, des pensées qui occupent sa tête, lui permet également de prendre du recul, ce qui contribue également à la régulation de l’émotion. Il apprendra progressivement que nous avons un certain contrôle sur nos pensées, mais pas sur nos émotions. Par exemple, lorsque votre enfant ressent de la peur face à un chien, vous pouvez lui poser des questions, telles que : « quelle émotion ressens-tu ? est-ce de la peur ? ». Puis « comment ton corps le vit-il ? est-ce que ton cœur bat vite, tes jambes se paralysent, est-ce que tu transpires ? ». Et enfin, vous pouvez l’aider à faire le lien avec des pensées parfois envahissantes : « est-ce que ta tête te dit que ce chien pourrait te faire du mal ? ».

2. Encourager à verbaliser 

attachement insecure ambivalent ou resistant

Quand l’enfant met des mots, même simples, sur son émotion, qu’il la nomme, et la partage en verbalisant, il fait appel à une partie de son cerveau qui est dédié à l’analyse, au langage… Ce qui dépriorise l’afflux d’information qui provient de son système limbique, le centre de l’émotion. En l’encourageant à verbaliser, vous l’aidez déjà à réguler son émotion tout seul.

3. Accueillir et considérer l’émotion ressentie 

langage d amour paroles valorisantes

Lorsqu’un enfant verbalise une émotion, il peut se sentir vulnérable, surtout s’il ne la comprend pas, et ne sent pas capable de la gérer seul. Il a besoin de la bienveillance d’un adulte pour se sentir accepté, entendu et aimé malgré tout. Pour l’accompagner au mieux, écoutez-le de manière active, en reformulant ce qu’il dit autant que possible, ou en acquiesçant « je comprends. Je vois que tu es triste. D’accord. ». Mais aussi, aidez-le à focalisez sur son émotion à LUI, en posant des questions simples pour définir et recentrer son émotion. Par exemple, s’il vous dit en criant « ma sœur m’éneeeeeerve !!! », vous pouvez reformuler en disant « je vois que tu es très en colère contre ta sœur. » (mon lot quotidien 😉 !).

4. Faire preuve de patience

Le cerveau d’un enfant reste immature, et plus il est petit, plus il est dominé par l’afflux d’information qui provient son centre émotionnel. Et d’ailleurs le cerveau atteint sa maturité complète vers 25 ans environ ! L’enfant va donc progressivement renforcer son cortex préfrontal, qui contient la matière grise, pour développer ses capacités à prendre du recul, réfléchir, analyser, et réguler son impulsivité et ses émotions. Mais… ce processus prend du temps ! Et les réponses patientes et bienveillantes de l’adulte face à ses émotions, lui permettent de davantage progresser dans cet apprentissage.

Ceci étant dit, attention ! La patience et la bienveillance n’excluent pas la mise en place d’un cadre solide et sécurisant. Par exemple, on accueille attentivement l’émotion de colère mais on n’accepte pas pour autant les comportements violents.

5. L’entrainer à reconnaître les émotions des autres 

histoire pour dormir

Présentez-lui des photos, des documentaires, des illustrations et essayez ensemble de décrire les expressions du visage, les postures corporelles, le contexte afin de deviner l’émotion ressentie par un personnage. Vous l’aidez ainsi à reconnaître les comportements, expressions faciales des émotions, qui lui permettront aussi de développer sa capacité d’empathie par la suite.


Et maintenant, si vous souhaitez mettre en pratique ces principes, et passer un moment fun en duo parent-enfant sur les émotions, j’ai conçu un atelier ludique parent-enfant spécifiquement dédié à cette thématique.

Mise en pratique grâce à un atelier ludique parent-enfant

Atelier parent-enfant « identifier ses émotions »

Dans cet atelier, réalisez, en duo parent-enfant, 5 rituels fun pour vous connecter l’un à l’autre et plein d’outils pratiques et ludiques pour apprendre à identifier ses émotions. Cliquez sur le lien ci-dessous pour en savoir plus !

Votre fiche conseils OFFERTE pour aider votre enfant à reconnaître les différentes émotions

Je vous ai préparé une fiche récapitulative, qui contient les 5 principes décrits ci-dessus, mais également une liste de 3 jeux de société, spécialement sélectionnés par Claire, de la boutique le Ludozaure, spécialiste du jeu de société, pour vous amuser en famille sur le thème des émotions (jeux à partir de 3 ans !).

Pour recevoir cette fiche conseils gratuitement (par email), il vous suffit de cliquer ci-dessous :

Si vous avez aimé cet article, et bien, commentez, likez, et partagez-le ! Ces actions soutiennent beaucoup mon blog, et ça me fait toujours très plaisir de vous lire !

Votre 1ère séance de coaching parental OFFERTE

X