Sélectionner une page

Souvent, dans mes accompagnements individuels, j’entends des parents épuisés me dire « Mon enfant n’écoute pas, il n’obéit pas et ça me fatigue de répéter toujours la même chose ! ». Est-ce votre cas ? Si oui, j’imagine que vous aimeriez retrouver davantage d’harmonie, de calme et de sérénité à la maison, non ?


« Mon enfant n’écoute pas ! » : comment encourager sa coopération ?

Pour cela, je vous ai préparé une série de 4 articles (avec vidéos) sur l’obéissance.

Dans le premier article, nous revoyons la notion même d’obéissance et je vous donne quelques clés de réflexion afin de définir la méthode éducative qui convient à votre famille.

Dans cet article, deuxième de la série, je partage 6 conseils tout simples et faciles à mettre en pratique, pour communiquer des consignes efficacement, sans s’énerver et sans crier. Et puis dans les articles suivants, je vous proposerai des stratégies parentales et un outil puissant à déployer lorsque l’enfant s’oppose, se rebelle, et désobéit.

6 clés de communication pour donner efficacement vos consignes

1. Captez son attention

Pour que votre enfant vous écoute, il faut d’abord vous assurer qu’il vous entende 🙂 ! Donc, lorsque vous lui parlez, regardez-le dans les yeux, mettez-vous à sa hauteur. Ça parait tout bête comme conseil… Mais, levez la main si vous avez déjà lancé, depuis une pièce éloignée : « mon chéri, va faire tes devoirs ». Et ce, sans contact visuel avec lui, alors qu’il est occupé par ailleurs… 🙋!

Et puis après vous avez râlé, car il ne vous a pas obéit ! Alors que bon…Il est probable qu’il ne vous ait même pas entendu. Et du coup, vous allez devoir répéter la consigne au moins une fois de plus avant qu’il ne la considère. A ce moment-là, vous êtes déjà un peu agacé(e) d’avoir été ignoré(e) la première fois.

Donc bref, épargnez-vous cette situation 🙂 en vous assurant de capter son attention avant de prononcer un mot.


2. Mettez en place des routines

mettre en place des consignes efficaces

Pour éviter de vous répéter sur les consignes du quotidien, utilisez les routines et organisez les consignes dans un ordre défini. Les routines permettent à l’enfant de prendre une certaine habitude et d’anticiper ce qui est attendu de lui. Par exemple : « on fait les devoirs, on joue, on se lave, on mange le repas du soir, et puis on se lave les dents et on met en place un temps calme avant de se coucher ».  Les routines rassurent par leur cadre, et permettent à l’enfant de gagner en autonomie. Une fois la routine mise en place et ancrée, votre enfant pourra accéder tout seul à la prochaine étape. Et vous aurez moins besoin de répéter tous les jours les mêmes consignes !

Aidez-vous de repères visuels (comme par une affiche), ou sonores (une chanson inventée avec les étapes de la routine) pour rappeler l’ordre défini de chaque étape de la routine. 


3. Formulez la consigne de manière positive

communiquer les consignes de maniere positive

Autant que possible, évitez les négations « ne pas » telles que, par exemple : « Ne mange pas ton repas avec tes doigts ». Aussi, je vous propose de remplacer l’injonction/l’ordre par une demande, une observation, ou une question qui le projette dans l’action.

Dans notre précédent exemple, l’alternative pourrait être : « comment est-ce que tu pourrais manger avec tes couverts ? » (=question). Ou bien : « je vois une fourchette et un couteau à côté de ton assiette » (=observation). Les injonctions (c’est-à-dire les ordres) ne peuvent obtenir que la soumission ou l’opposition comme réponse. Alors que les demandes, les observations et les questions encouragent l’autonomie et la responsabilisation.

Et puis, pour formuler une consigne de manière positive, utilisez l’humour autant que possible ! Par exemple, en imitant la voix du haricot vert qui dirait : « je suis trop grand pour entrer tout entier dans ta bouche, j’ai besoin d’être coupé en 2 ».


4. Soyez cohérent dans votre communication

consignes coherentes mots posture et voix

Etre cohérent dans sa communication, veut dire ici accorder son verbal (=les mots que vous utilisez) avec son non-verbal (gestes, expressions du visage, posture) et son para-verbal (ton, intonation, volume sonore). En effet, seuls 7% de votre communication est portée les mots, le reste du message est véhiculé par le non-verbal et le para-verbal !

Donc, pour communiquer de manière efficace, ne négligez pas le poids du non-verbal et du para-verbal. Si vous lui dîtes « ça fait déjà trois fois que je te demande d’aller te laver les dents. Ça me fatigue vraiment beaucoup. Je te demande de le faire immédiatement. » Et le tout, en souriant, avec une expression douce du visage et un ton calme… Votre enfant ne comprendra pas forcément votre impatience 😉 .


5. Assurez-vous de sa compréhension de la consigne

consignes confuses

Pour vous assurer qu’il a bien compris, rien ne vaut une demande de répétition ou de reformulation ! Le fait de répéter va inciter votre enfant à enregistrer ce que vous lui avez dit, et vous assure qu’il a bien compris ce que vous attendez de lui. Parfois, on pense avoir été très clair et en fait, notre enfant n’a pas bien compris la demande. Alors soyez descriptif et précis et demandez-lui de répéter.

Et puis, autant que possible, donnez-lui une seule consigne à la fois ! Une liste de choses à faire peut augmenter sa confusion, surtout s’il est encore petit.


6. Valorisez sa coopération une fois la consigne réalisée

valoriser les efforts de cooperation lorsque un enfant n ecoute pas

Le fait de valoriser l’enfant lorsqu’il se comporte de manière attendue, et en phase avec vos demandes, s’appelle le renforcement positif. Cette méthode encourage l’enfant à reproduire le comportement de coopération, et l’ancrer sur le plus long terme.

Et chez vous, comment se passe la communication (et la réception) des consignes ? Est-ce que vous vous dites souvent « mon enfant n’écoute pas ! » ?


« Mon enfant n’écoute pas » : 6 clés de communication des consignes

mon enfant n'écoute pas - 6 cles de communication

Retrouvez les 6 clés de communication pour des consignes efficaces, en cliquant ci-dessous. Vous recevrez un email avec ce mémo, en format pdf.



Pour aller plus loin

Vous vous sentez démuni(e) face aux défis et challenges de la parentalité (éducation, communication, gestion des émotions, résolution des conflits, épuisement parental) ? Si oui, n’hésitez pas à prendre un RDV avec moi. Le premier rendez-vous de coaching parental est une séance de découverte gratuite (30 min) et sans engagement !

Coach parentale certifiée, formée en psychologie positive et en burn-out parental, j’accompagne les parents speed & imparfaits à se reconnecter à  leur(s) enfant(s) et retrouver le bonheur d’être parent 🙂 . Pour en savoir plus sur mon parcours, cliquez ici.

Votre 1ère séance de coaching parental OFFERTE

X