Sélectionner une page

Imaginez la scène : votre enfant rentre un peu agité de l’école et vous raconte son problème de la journée. Il vous dit, d’un air abattu, « De toutes façons les maths c’est nul ! Je n’y arriverai jamais !!». Alors, vous lui donnez une solution simple et efficace pour l’aider : « Et bien, tu n’as qu’à travailler davantage pour y arriver ! ». Et là, il s’énerve et vous dit « Mais non, de toutes façons, tu ne comprends rien ! ».

Ça résonne pour vous ? Avez-vous déjà vécu une situation similaire 😉 ? Sachez que cette problématique est partagée par de nombreux parents que j’accompagne en coaching parental. Et d’ailleurs, si vous souhaitez discuter de cette question avec moi et échanger sur vos problématiques parentales, prenez RDV pour une séance de découverte en coaching parental. D’une durée de 30 min en visio, elle est offerte et sans engagement :

Prendre un RDV de coaching parental (OFFERT)


Dans cet article, je vous parle d’une méthode de communication, centrée sur l’autre qui s’appelle l’écoute active. C’est un outil puissant pour permettre à votre enfant non seulement de se sentir chaleureusement entendu et compris, mais également de stimuler et renforcer sa capacité à réfléchir et à résoudre les problèmes, en puisant dans ses propres ressources.

Écoute active : la méthode de communication de Carl Rogers

 

L’écoute active a été mise en lumière par un psychologue américain qui s’appelle Carl Rogers dans les années 70.

C’est à la fois une méthode de communication, mais également une posture d’écoute respectueuse, bienveillante, dans laquelle le contenu émotionnel du message est tout aussi important que le contenu intellectuel. Pour utiliser l’écoute active avec votre enfant, vous aurez besoin de vous appuyer sur vos capacités d’empathie et freiner autant que possible votre envie de lui apporter vos conseils et vos solutions.

Pratiquer l’écoute active avec son enfant : les 5 principes

papa et son fils se regardent

Pour Carl Rogers, il est essentiel de respecter 5 principes lorsque l’on souhaite pratiquer l’écoute active :

1. Accueillir l’autre avec bienveillance 

Votre enfant arrive vers vous, chargé d’un cumul d’émotions et de pensées. Accueillez-le tel qu’il est, à cet instant, de manière la plus bienveillante possible. Pour cela, manifestez à votre enfant un réel intérêt, en le considérant comme votre priorité. Donc, glissez temporairement toute votre charge mentale et vos distractions dans un tiroir fermé à clé, et focalisez toute votre attention sur votre enfant.

En termes de communication non-verbale, vous pouvez utiliser les silences, les regards, les hochements de tête. N’hésitez pas à ajuster votre posture pour être à la même hauteur que votre enfant et vous reconnecter.

2. Garantir le respect absolu

Le respect de l’autre est essentiel pour lui inspirer la sécurité et la confiance de votre écoute. Porter un réel intérêt à ses propos oui, sans mais pour autant être intrusif ou s’approprier son problème. L’idée, c’est de montrer son intérêt en acceptant de voir les choses à travers les yeux de l’autre et non les vôtres…

3. Se concentrer sur votre enfant et non son problème 

Plutôt que de réfléchir au problème de votre enfant en tentant de le résoudre, restez concentrer sur lui, et notamment sur sa communication non-verbale.

4. Focaliser sur ce que vit votre enfant et non ce qu’il dit 

Observez votre enfant : à travers sa communication verbale et non-verbale, que vous dit-il réellement sur ce qu’il ressent ? sur ce qu’il vit ? Écoutez-vous ses émotions, ses ressentis à travers les faits qu’il vous raconte ?

5. Utiliser la posture du miroir 

Soyez le fidèle reflet de votre compréhension de ce qu’il vit, de ce qu’il ressent. Et ce, sans tomber dans le piège de l’interprétation, et des suppositions, qui sont forcément empreintes de vos propres filtres.

 

Les bénéfices de l’écoute active pour son enfant 

écoute active

Pour un enfant, les bénéfices de l’écoute active sont multiples !

  • Se sentir compris et accepté, en réelle connexion avec vous
  • Pouvoir « vider son sac » ou « déposer ses soucis » à vos pieds, et se sentir plus léger.
  • Avoir une chance d’aller jusqu’au bout de ses pensées, sans être influencé ou interrompu. Ou même sans adopter une attitude défensive qu’il pourrait avoir face à des conseils non pertinents, non adaptés ou non sollicités.
  • Mieux comprendre ce qu’il ressent dans la situation, et faire preuve de clairvoyance sur l’impact que ce problème a dans sa vie.
  • Renforcer sa capacité à trouver une solution parfaitement adaptée à son problème en toute autonomie, et à prendre ses propres décisions.

 

    Deux techniques pour communiquer avec son enfant en utilisant l’écoute active

    questionnement écoute active Carl rogers

    L’écoute active repose sur deux techniques spécifiques de communication : le questionnement et la reformulation.

    Le questionnement

    Utilisez le questionnement, notamment avec des questions ouvertes, pour clarifier les faits. Comme, par ex « Que s’est-il passé ? », « Comment ça a démarré ? » « Depuis quand ? ». Puis, le questionnement est aussi important pour associer les faits à ses pensées « A quoi ça t’a fait penser ? », et aussi pour comprendre ses émotions « Qu’as-tu ressenti ? ».

    N’hésitez pas à utiliser des petites questions courtes pour rebondir, ce qui encouragent votre enfant à préciser son propos, telles que « c’est-à-dire ? », «plus précisément ? ».

    Et enfin, le questionnement sert également à guider votre enfant vers la résolution autonome de son problème ! « Oui je comprends, et qu’est-ce que tu pourrais faire pour résoudre ce problème ? »

    La reformulation

    Pour utiliser la reformulation, vous pouvez tout simplement répéter certains mots-clés que votre enfant utilise, en particulier les mots « forts » « excessifs », tels que « jamais », « impossible ». Par exemple : lorsqu’il vous dit : « Je n’y arriverai jamais », vous pouvez répondre « Jamais ? ».

    La reformulation sert aussi à synthétiser les propos de votre enfant, sans déformer ou ajouter votre avis. Elle vous permet également de démontrer à votre enfant que vous êtes bien attentifs et mais aussi de vous assurer que vous avez bien compris. Vous pouvez utiliser des formules telles que « Si j’ai bien compris…». « C’est bien ça ? »

    Une petite astuce

    Et la petite astuce, c’est d’utiliser des phrases en suspension pour l’encourager à compléter la phrase et afin de creuser sur les raisons du problème, comme par exemple : « Tu penses que c’est impossible parce que… »

    Vous en savez maintenant un peu plus sur l’écoute active de Carl Rogers et comment la mettre en pratique. Dites-moi en commentaires si vous avez déjà essayé d’appliquer cette méthode et quels ont été les résultats !

    Pour aller plus loin dans l’écoute active

    coaching parental visio

    Vous vous sentez démuni(e) face aux défis et challenges de la parentalité (éducation, communication, gestion des émotions, résolution des  conflits, épuisement parental) ? Si oui, n’hésitez pas à prendre un RDV avec moi. Le premier rendez-vous de coaching parental est une séance de découverte gratuite (30 min) et sans engagement !

    Coach parentale certifiée, formée en psychologie positive et en épuisement parental, j’accompagne les parents speed & imparfaits à se reconnecter à  leur(s) enfant(s) et retrouver le bonheur d’être parent 🙂. Pour en savoir plus sur mon parcours, cliquez ici.

    Je souhaite prendre RDV !

    Votre 1ère séance de coaching parental OFFERTE

    X